L’Angoisse

Articles

« L’angoisse est le vertige de la liberté. » – Sören Kierkegaard

L’angoisse

On ne sait pas trop d’où ça vient… On voudrait bien la retenir, mais c’est là… Quelque chose, une boule au ventre, ou à la gorge, ou les deux… on se sent retenu, gêné pour agir… on sent davantage son cœur… et on a même envie de déglutir…

On appréhende… Parfois on sait quoi, parfois non… On appréhende un peu tout en fait… Un peu comme un poison, qui vient de nous même et dont on voudrait bien se débarrasser…

À un moment on se dit que c’est de l’angoisse , ou c’est quelqu’un d’autre qui nous le dit… Ça calme au début de le savoir: c’est identifiable, identifié… Donc on peut s’en sortir…

Après, ça devient souvent encore plus insupportable… et le plus souvent on le supporte… ou bien on va consulter.

L’angoisse, oui, c’est quelque chose en nous qui nous retient.

Quelque chose en nous qui nous fait peur, sans qu’on sache vraiment « peur de quoi » ?

Comme si quelque chose en nous disait « NON » lorsqu’émerge un désir, si petit soit il, une pulsion, une envie, même fugace. Et on peut même se sentir paralysé(e)…

C’est un manque de soutien par soi même. Le sentiment d’illégitimité à faire, ou alors de prendre trop de risque(s).

La thérapie consiste à débusquer ce « nous » qui nous freine, à le comprendre, comprendre pourquoi il est là…

Peut-être s’en débarrasser, quand il vient de quelqu’un d’autre, peut être juste l’accepter et lui donner sa vraie place, c’est à dire donner satisfaction au besoin qu’il exprime.

Ça peut être l’enfant qui pleure par ce qu’on ne lui a jamais permis de crier et alors l’adulte redoutera au plus au point toute manifestation de colère, ou même de joie, de désir, dès lors qu’il sera trop expressif…

Ça peut être l’enfant qui pleure, parce qu’on ne lui a jamais permis d’aimer, parce qu’on ne l’a jamais aimé, ou alors qu’on l’a mal aimé…

Souvent plusieurs causes sont présentes, et on s’attachera à favoriser l’expression, dans le cadre sécurisé de cabinet du psycho praticien, de ces sentiments là.

La confiance et l’estime de soi même. Le sentiment de se savoir respecté, quoique soit ce que l’on amène. Se savoir apprécié… Osons le mot : aimé.

Trouver d’autres possibilités, d’autres possibles dans l’action, savoir que l’on peut faire des choses nouvelles, employer qui sait de nouveau mots, ressentir avec joie et sérénité des sentiments que l’on croyait enfouis …

Évidemment l’angoisse n’est pas une fatalité, elle se traite. Par la découverte qu’elle est en fait le signe d’une immense puissance , d’une infinie source de joie et de satisfaction qui est en soi.

C’est une énergie bloquée que la thérapie permet de (re)mettre à votre disposition, sans danger pour soi même ou pour autrui.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s